Troisième nuit de Walpurgis ou de l’installation du nazisme dans les esprits

Rédigée de début mai à septembre 1933, cinq mois après l’arrivée de Hitler au pouvoir, la Troisième nuit de Walpurgis analyse l’installation du nazisme dans les esprits. Pour la première fois traduit en français en 2005, ce texte dense et labyrinthique travaille, sous la surface, des événements qui échappent à l’attention de l’historien ; il convoque la littérature et la poésie pour débusquer les responsabilités de ceux qui ont accepté et même demandé le sacrifice de l’intellect au service de la propagande, préparant librement le terrain à l’ensevelissement de l’humanité.

La vie de l’écrivain et journaliste viennois Karl Kraus (1874–1936), « le plus grand satiriste de la langue allemande" se confond avec l’inlassable bataille qu’il mena dans sa revue Die Fackel (Le Flambeau) contre la corruption de la langue et donc, à ses yeux, de la morale.     

"Comment pouvait-on prétendre en 1945 qu'on ne savait pas ? Kraus, en 1933, savait déjà tout." Pierre Deshusses (traducteur de Troisième Nuit de Walpurgis)

Salué à sa création en 2007 par le public et la critique, puis en 2009 lors d'une première reprise, puis en janvier 2012, Troisième nuit de Walpurgis est un défi lancé au théâtre : Comment porter sur la scène une langue aussi radicale et ciselée ?

Texte
Karl Kraus

Traduction
Pierre Deshusses (édition Agone)

Adaptation, mise en scène, et jeu
José Lillo

Lumières
Rinaldo del Boca

Crédit photo
Nathalie Roze